Les masques balistiques sont généralement peu appréciés des personnels du fait de leur encombrement général et de la gêne qu’ils causent souvent à la prise de visée et à l’utilisation d’équipements optroniques divers (JVN, jumelles thermiques etc.).

Wiley X, marque américaine créée en 1987 pour concevoir et fabriquer des protections oculaires spécifiques pour les forces de l’ordre et militaires, est un spécialiste reconnu du secteur qui fabrique également depuis quelques années des gants de combat en Nomex et / ou Kevlar d’excellente qualité générale.

Dans le cadre du programme SPEAR (Special operations forces Personal Equipment Advanced Requirements) lancé au début des années 2000, Wiley X réalisa un masque balistique compatible à l’emploi des JVN et adapté au port prolongé, le… SPEAR.

Ses utilisateurs cibles sont donc, à l’origine, les personnels d’unités spécialisées voire spéciales appelés à utiliser intensivement ce genre d’équipements; relativement rares à l’époque, ils sont aujourd’hui très répandus, et les soldats français perçoivent depuis quelques années le très bon Oakley SI Ballistic, bien que pas exempt de défauts (encombrement essentiellement).

Le masque Wiley X SPEAR est censé, en plus des critères habituels pour ce genre de masque, solutionner les problèmes de buée et d’utilisation de l’optronique de combat (vision nocturne et aides à la visée). Tient-il ses promesses?

 

P1070195

 

Inspection générale

  • Marque : Wiley X
  • Modèle : Spear
  • Poids : 120g
  • Protection balistique : verre Plutonite Oakley HDO polycarbonate incassable, sans distortion, filtrant 100% des UV A, B et C et les lumières bleues nocives dans les 400nm, traité anti-rayures et anti-buée, répondant aux normes suivantes :
    • EN 166 B
    • ANSI Z87.1-2010
    • OSHA 1910.133
    • MIL-V-43511C
    • MIL-PRF-32432
  • Prix moyen : 99€
  • Autres caractéristiques annoncées (illustrées dans cette vidéo):
    • compatible avec le port du casque lourd et des dispositifs JVN ;
    • produit un minimum de buée grâce à ses larges ouvertures ;
    • compatible avec inserts RX pour verres correcteurs, à noter que ceux de la marque sont balistiques eux-mêmes ;
    • large champ de vision, notamment via une fixation par bande élastique mobile sur 90° ;
    • joint d’étanchéité facial démontable ;
  • Livré avec :
    • verre clair (VLT 90%) ;
    • verre fumé (VLT 15%) ;
    • boîte rigide de transport + housse protectrice ;
    • chiffon microfibre + lingette anti-buée ;
    • notice.

P1070192

Le joint facial démontable est une idée intéressante, permettant de moduler l’emploi du masque en fonction des besoins (typiquement conçu pour une utilisation en pays chaud et désertique). A noter que, compte-tenu de la ventilation directe du masque, il n’est pas adapté aux activités en atmosphère NRBC. Le poids à 120g est dans la moyenne basse de la catégorie (100g pour le must, 150g voire plus pour nombre de produits concurrents), mais dans l’ensemble on retrouve ici des caractéristiques globalement partagées par tous les produits de qualité de même type. On pourra tout de même déplorer que soit fournie une lingette anti-buée et non un petit spray de produit, réutilisable. Mention spéciale pour le bandeau mobile (rotatif sur 90°) qui assure confort et modularité au port (avec / sans casque, debout / couché, etc.).

 

RETEX

Utilisé pendant plusieurs années par un membre du collectif TRE appartenant à une unité de reconnaissance et pendant plusieurs mois par un autre personnel d’une unité d’infanterie, il a pu être comparé avec, notamment, les masques de dotation de différents types et périodes :

  • Bollé ;
  • Artplast ;
  • Oakley SI ;

dans un large panel de situations: tir, déplacements à pied et en véhicules, climat tempéré et désertique.

Il en ressort que c’est, d’une manière générale, un bon masque.

Très résistant, l’un des exemplaires ici testé accuse 8 ans sans sourciller, avec sa monture en plastique souple et ses attaches en plastique dur, l’ensemble ni abîmé, ni rayé. Et l’élastique encaisse le port quasi constant par-dessus un casque sans se détendre.

IMG_1188 IMG_1186

Le couvre lunettes est très bien pensé et a permis de garder les verres en bon état durant tout ce temps. Cela dit même sans le couvre lunettes, les verres sont suffisamment résistants et n’ont à ce jour que quelques micro rayures qui ne gênent en rien son utilisation quelles que soient les conditions.

S’agissant du port du masque, vous remarquerez que la peau est directement en contact avec le plastique. Cela peut être rédhibitoire pour certains mais ne provoquera pas réellement d’inconfort.

P1070197

Par ailleurs les ouvertures sont recouvertes de mousse ce qui permet d’éviter que la poussière ne pénètre dans le masque en cours d’utilisation. On peut également relever que ce masque ne tient pas particulièrement chaud comparé à d’autres modèles ce qui peut être intéressant, notamment pour les militaires en opérations extérieures.

Wiley X ne mentait pas en ventant la vision quasi panoramique de ce masque. Pour en avoir testé bien d’autres, difficile de trouver mieux même en 2016. Son large champ de vision est indéniable et est l’un des principaux avantages de ce masque. Par ailleurs, le fait de pouvoir porter le masque sans gêne avec un casque en fait un accessoire de choix pour les militaires : il entère les anciens masques Bollé et Artplast de dotation, et surclasse le Oakley à l’utilisation avec les JVN.

En revanche, concernant la buée, Wiley X repassera. Effectivement il y a moins de buée que dans d’autres masques mais cela reste très très moyen, surtout vu le tarif. L’astuce du produit vaisselle pourra fonctionner mais n’empêche pas le retour de la buée en quelques jours voire heures…

On notera enfin la facilité de changement des verres du fait de la monture souple des lunettes. Il suffit d’enclencher les crans du masque dans les ergots des verres comme sur la plupart des lunettes.

azert
Pour finir, qu’il soit livré avec deux verres interchangeables, un chiffon de nettoyage et une housse, est très bien – mais pour le prix vous nous direz « c’est la base ».

P1070200

 

Bilan

S’il répond à la problématique « utilisation des JVN » plutôt bien, et s’avère assez performant pour isoler lors de tempêtes de sable et résister aux pires conditions d’emploi, sa faiblesse dans la gestion de la buée, certes fréquente sur ce type de produit, en fait produit inadapté aux activités physiquement intensives : il y a quelques années, c’était sans doute l’un des tous meilleurs masques balistiques du marché, aujourd’hui en 2016 on fait mieux, pour le même tarif, d’autant que le masque de dotation actuel est déjà très acceptable et ne justifiera pas, pour la plupart des utilisateurs, l’acquisition d’un autre modèle de masque. On gardera ses sous pour investir sur de bonnes lunettes balistiques, dont l’utilisation sera beaucoup plus fréquente au final.

 

Très bien :

  • large vision panoramique
  • compatibilité tous casques et dispositifs JVN
  • normes balistiques et protection UV / rayonnements
  • durée de vie

 

Correct :

  • kit complet qui aurait pu comporter un verre jaune pour le même tarif
  • tarif dans la norme
  • confort au port prolongé

 

A revoir:

  • trop de buée par rapport aux promesses marketing
  • design daté (en termes de look mais surtout de conception!)

 

Vous pourrez trouver le masque balistique Wiley X sur Welkit, ASMC ou Gunfire à environ 95€ prix public, 85-90€ tarif militaire.