Jeudi dernier, le 01 décembre, est entré en vigueur un nouveau plan Vigipirate. L’idée étant que, la France devant vivre sous menace terroriste permanente, le plan Vigipirate, lancé en 1978, avait besoin d’être adapté aux nouvelles problématiques et donc mis à jour.

 

Vigipirate Plus

Baptisée « Vigipirate Plus », cette refonte quasi complète du plan Vigipirate se base sur une culture individuelle de la sécurité (même s’il est illusoire de refaire le mode de fonctionnement primaire d’une population presque totalement étrangère à ces types de préoccupations) et s’articule autour de 3 niveaux de sécurité (contre 2 précédemment, « vigilance » et « alerte attentat ») :

  • vigilance : posture permanente de sécurité basée sur un socle de 100 mesures (contre plus de 300 pour l’ancien plan) ;
  • risque attentat : sécurité renforcée pour répondre à une menace élevée voire très élevée, via 216 mesures additionnelles permettant de moduler la posture en fonction des besoins (filtrages divers, patrouilles renforcées, mesures spéciales dont un certain nombre sont confidentielles) ;
  • urgence attentat : activé au besoin, de façon limitée dans le temps et l’espace, en cas d’attentat immédiat ou imminent, et caractérisé par des mesures d’exception contraignantes (restriction des moyens de déplacement publics, contrôles de zones, …).

 

Une évolution nécessaire

La nécessité d’une adaptation à une menace protéiforme (NRBC et surtout BC, VBIED, fusillades simultanées, actions maritimes, drones, menace cyber etc.) et évolutive a rendu le plan Vigipirate en 2 volets caduque.

De plus, donner plus de souplesse et de flexibilité à l’organisation des différentes missions liées au plan Vigipirate (dont Sentinelle et d’autres) s’avère essentiel devant l’ampleur des moyens matériels et surtout humains requis.

Sans parler des limitations de la posture « alerte attentat », reconnues par les autorités gouvernementales et le SGDSN.

Concernant Sentinelle, la répartition des effectifs sera désormais à 50% pour l’Ile de France et 50% pour la Province.

L’ensemble du plan, très complet, prévoit un très large éventail de possibles plus ou moins sévères, dans un grand nombre de domaines (y compris les attaques sur les réseaux énergétiques, l’approvisionnement en vivres des populations et le stockage des données).

 

L’ensemble du plan (ou plus exactement, sa version publique) est consultable au format PDF ici (cliquer).

Pour encore plus d’informations, nous vous conseillons la consultation du site gouvernemental dédié:

http://www.gouvernement.fr/vigipirate