Lors de la mise à jour du 05 mars dernier de notre article sur le retour du calot dans l’armée française nous vous avions parlé du possible retour au béret SAS pour les personnels du 1er RPIMa.

C’est désormais chose actée et faite.

Le 1er Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine est, comme ses frères encore existants 3, 8 et 2èmes RPIMa, un héritier des bataillons coloniaux de commandos parachutistes, comme le reflétait leur insigne de béret commun, porté sur le béret amarante des troupes aéroportées hérité des paras SAS et d’abord réservé aux paras colos (troupes de marine) puis étendu à tous les parachutistes sauf Légion Etrangère :

Insigne Paras TDM

  • un dextrochère d’argent : l’aile parachutiste et le poignard commando ;
  • l’ancre d’or encâblée : symbole des troupes de marine, héritières de l’Armée Coloniale, fusionnée à l’Armée de Terre en 1962.

Mais, héritier des parachutistes SAS de la France Libre de la Seconde Guerre Mondiale et régiment de forces spéciales, le 1er RPIMa se distingue de ses frères par ses spécialités d’intérêt stratégique. Et, unité particulière, il rejoint une autre unité particulière dans la volonté d’adopter une coiffe renouant avec les origines du régiment : le 2ème Régiment de Hussards (2RH), régiment de reconnaissance profonde (LRRP) du Renseignement Militaire, qui a retrouvé son béret brun il y a peu comme nous vous en parlions également ici.

Le 1er RPIMa retrouve donc le béret amarante orné de l’insigne SAS tissu, porté certes brièvement mais considéré comme emblématique.

Le nouveau béret du 1er RPIMa (Image Veterans-jobs-center.com).

Le nouveau béret du 1er RPIMa (Image Veterans-jobs-center.com).

Porté à la française et frappé de la devise SAS en français (Qui Ose Gagne), on devrait ne le voir que rarement hors occasions officielles, l’identité des personnels des forces spéciales étant protégée par la loi, et une telle coiffe distinctive signant l’appartenance de son porteur, tout comme le béret vert porté à l’anglaise des forces spéciales de la Marine Nationale (Commandos Marine), ces derniers préférant le bachi ou la casquette en certaines occasions par souci de discrétion.

Sa nature emblématique vient, comme pour le béret vert à l’anglaise avec insigne spécifique des commandos marine, de ce qu’il distingue la nature spéciale, non conventionnelle et à très haute valeur ajoutée des opérations menées en continu par les personnels de l’unité de 1944 à aujourd’hui.

Reconstitution d'un para SAS français de 1944 (Image blog 22sas12).

Reconstitution d’un para SAS français de 1944 (Image blog 22sas12).

Les autres unités des Forces Spéciales de l’Armée de Terre (CFST) suivront-elles la tendance ?

  • le 13ème Régiment de Dragons Parachutistes (13RDP) porte toujours un béret para métro actuel standard (dextrochère armé cerclé) ;
  • le 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales (4RHFS) porte toujours le béret para métro ancien modèle, aujourd’hui standard pour les unités de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) et orné de l’insigne ALAT ;
  • D’autres unités et éléments de la CFST portent le béret para métro actuel standard ou le béret para colo, selon l’unité d’appartenance.

En suivant la logique du nouveau béret du 1RPIMa, on pourrait imaginer que les unités FS gardent leurs bérets mais adoptent des insignes spécifiques. Particulièrement le 13 du fait de son histoire séculaire et chargée. Et, au-delà de la CFST, le CPA10 par exemple. L’avenir nous le dira.

Pour plus d’infos : voir ici sur veterans-jobs-center.com et ici sur facebook.