Plus de deux ans après l’adoption de son dernier modèle de chargeur, le PMAG Gen M3, par l’USAF, l’USSOCOM et l’USMC (dont nous vous parlions alors ici, avec quelques réflexions sur le choix français d’un chargeur acier), Magpul a publié en août dernier les résultats des tests réalisés à l’occasion de ces adoptions, dans un très large panel de conditions d’emploi.

PMAG Gen M3 : l’USAF y passe (après l’USMC, SOCOM, …), la France non

Le bilan de ces tests est sans appel : 20400 coups tirés sans un seul incident de tir par le même chargeur. Un record a priori historique, tous types de chargeurs d’armes individuelle de dotation cumulés (russes compris, les meilleurs chargeurs d’AK moyennant, selon les sources, aux environs de 4000 coups tirés).

 

Il est notable de constater deux éléments majeurs :

  • il s’agit du premier chargeur conçu et fabriqué intégralement en polymère, le PMAG (Polymer MAGazine), dont la Gen M3 n’est qu’une itération mise à jour en fonction des retexs passés (fragilité de la coque et des lèvres à vide, défauts corrigés par la version actuelle) ;
  • il s’agit du premier chargeur commercial adopté en masse par l’armée américaine (Army + Marines + Air Force + certains éléments de la Navy), et non d’un chargeur développé en interne comme ses prédécesseurs.

A noter que d’autres armées, britannique notamment, ont déjà adopté des chargeurs polymère (particulièrement les Magpul EMAG, à la géométrie optimisée pour les premières générations de HK416 et le L85, arme de dotation des britanniques).

Le PMAG remplace ainsi l’EPM (Enhanced Performance Magazine) précédemment développé par l’US Army et présenté comme plein de promesses, notamment une plus grande fiabilité avec les munitions M855A1, lui-même développé en remplacement des chargeurs à planche élévatrice optimisée, versions améliorées des chargeurs USGI standards.

De G à D : du plus récent au plus ancien : chargeur EPM, chargeurs USGI à planchette élévatrice optimisée, chargeur USGI standard.

De G à D : du plus récent au plus ancien : chargeur EPM, chargeurs USGI à planchette élévatrice optimisée, chargeur USGI standard.

L’EPM introduisait en plus une nouvelle couleur plus naturelle que le gris / noir habituel, et un procédé de fabrication optimisé, l’ensemble permettant un coût par pièce plus faible qu’avec les chargeurs précédents à planchette élévatrice optimisée : 11,20$ contre 13,35$, à comparer aux 7$ d’un chargeur USGI standard.

Mais l’EPM aura surtout marqué ses utilisateurs par la déception, n’apparaissant que marginalement meilleur que les chargeurs remplacés. Le remplacement des EPM et autres chargeurs en dotation dans les différentes branches des forces armées américaines par le PMAG Gen M3 est donc :

  • non seulement une victoire du « battle-proven » (les PMAG servent sans faillir sur de nombreux théâtres depuis plus de 12 ans) sur le choix « bureaucratique » ayant jusque là prévalu outre-atlantique ;
  • mais aussi une victoire pour le contribuable américain, vu le rapport coût / durabilité desdits PMAG :
    • USGI : 7$ ;
    • USGI optimisé planchette élévatrice verte : 13,35$ ;
    • USGI optimisé planchette élévatrice beige : 13,35$ ;
    • EPM : 11,20$ ;
    • PMAG Gen M3 : 9,85$.

Les tests réalisés par l’USMC ayant conduit à la sélection du PMAG (« Vendor A » dans les images suivantes) par les Marines montrent un magistral écart de fiabilité en faveur du PMAG face à tous ses compétiteurs, ce quelle que soit la plateforme utilisée : M4, M16, comme M27 IAR (une version appui-feu du HK416).

Tests sur M4 (PMAG : "Vendor A")

Il est toutefois amusant de constater que côté U.S. Army le PMAG avait d’abord été interdit d’emploi en avril 2012, alors que de nombreuses unités s’en étaient déjà équipées, à leurs frais (COTS, achat sur étagère) comme en achats individuels groupés, notablement le 75th Rangers, mais également beaucoup d’autres corps.

Ainsi dès 2009, les hommes du 61st Cavalry Regiment, qui eurent à faire un emploi soutenu de leurs armes lors d’une attaque des talibans (plus de 6h de feu, 8 soldats US tués) rapportèrent l’excellente fiabilité des chargeurs PMAG, et son importance dans les échanges de tirs, avec plus de 1200 coups tirés sans entretien et dans des conditions sommaires par certains chargeurs, sans aucun incident de tir.

Ce n’est qu’en septembre 2017 que l’U.S. Army finira par autoriser les chargeurs Magpul PMAG à l’emploi et l’achat des chargeurs Magpul PMAG en son sein, alors que dès 2015 des tests réalisés par l’équivalent américain de la STAT montraient que les PMAG dépassent de loin l’objectif initialement fixé de 3592 coups tirés sans incident (MRBS, Mean Rounds Between Stoppages, la valeur de 3592 ayant été déterminée comme le maximum atteignable en conditions optimales par la plateforme M4), un niveau alors jugé « impossible » par les fabricants autres que Magpul, pour lesquels 2500 coups sans incident était le record historique, tous types de chargeurs confondus. Lors de ces tests, les PMAG moyennèrent là aussi à 4800.

Nous reviendrons plus en détails sur les PMAG face aux autres chargeurs dans un dossier en cours de rédaction.